Dominique Bertram

ligne bleu

Dominique Bertram a commencé directement par la Basse à l’âge de 14 ans en mai 68.

il a appris l’instrument de façon autodidacte, en jouant sur des chansons de rythm’n’blues, notamment sur les titres d’Otis Redding.

Plus tard il découvre l’album Bitches Brew de Miles Davis.

Cet album le marque profondément et lui ouvre les portes vers le jazz-rock.

C’est durant cette période qu’on le retrouve aux côtés de Yochk’o Seffer Neffesh Music (avec Manu Katché à la batterie), et aussi du groupe Zao.

C’était de grandes expériences, on explorait toutes sortes de formules rythmiques, on jouait rarement du 4 temps.

Nouveau grand choc quand il découvre Jaco Pastorius dans l’album Black Market (1976) de Weather Report.

Comme beaucoup de Bassiste de l’époque, il décide de défretter lui même sa Jazz-Basse avec … un tournevis ! On devine la suite.

Puis en 1979, c’est la rencontre avec le batteur Christian Vander qui lui propose de rejoindre Alien Quartet.

Il dira plus tard que cette année fût extraordinaire et qu’il a eu la sensation d’apprendre l’essentiel de ce qu’un bassiste doit savoir.

Suite Logique, Dominique rentre dans le groupe Magma (groupe de Christian Vander) en 1980.

Pour son premier concert avec le groupe, il joue dans la salle mythique : l’Olympia.

Quelques années plus tard on retrouve Dominique dans un circuit plus « commercial ».

Depuis il a  accompagné de nombreux artistes comme : Véronique Sanson (directeur Musical), Renaud, Catherine Lara, Nicole Croisille, Michel Jonasz, Eddy Mitchell, Patrick Bruel, Laurent Voulzy, Liane Foly, …

Domique Bertram – Veronique Sanson

Dominique Bertram a également réaliser deux albums solo :

Chinese Paradise (1984) (avec Manu Katché, Jean-Yves D’Angelo et Kamil Rustam, etc.)

Bass Now (1992) (avec Loïc Pontieux, Michel Gaucher, Thierry Eliez, etc.).

ligne bleu

Ces Influences :

Donald Duck Dunn, Jack Bruce, Stanley Clarke, Jaco Pastorius, Anthony Jackson, Paul Jackson, …

A propos du rôle du Bassiste : “ Il faut savoir gérer le tempo, le groove (l’articulation), la dynamique (les nuances ) et la longueur des notes.”

Dominique à utilisé différents modèles depuis le début de sa carrière :

Sa première basse était une Aria Diamond.

Jazz-Bass Fender

Basse 6-cordes Nicolas Petitbon

Takamine – Electro Acoustique TB 10

Takamine -Electro Acoustique

Godin frettless

Yamaha Motion

Basse Neuser 5 cordes

Pour Dominique Bertram, le secret d’une partie de basse réussie est qu’elle se suffise à elle même, tant au niveau rythmique que mélodique. Elle doit posséder sa propre logique et on doit pouvoir la « chanter ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.