Matthieu Bablée – Zenzile

ligne bleu

Dans cette Interview je vous propose de découvrir le bassiste : Matthieu Bablée

Matthieu est le Bassiste du groupe français : Zenzile

Bonjour Matthieu ! Bienvenue sur Basse en ligne et merci d’avoir accepté cette interview. 

Salut Pascal ! Merci à toi pour l’invitation ! 

ligne bleu

Pour commencer, peux-tu nous décrire ton parcours ? Tes débuts, ta découverte de la basse ? 

Je suis complètement autodidacte en ce qui concerne la pratique et l’apprentissage de mon instrument: la basse électrique. J’ai pris des cours de solfège (en primaire) dont je ne me souviens pas hormis leur aspect pénible et fastidieux. J’ai pris aussi quelques cours de guitare classique en parallèle tout aussi ennuyeux… Sans doute une question d’époque et de pédagogie… (C’était au début des 80’s).
Par contre, j’ai toujours baigné dans la musique parce que mon père en écoutait, et en écoute encore, énormément. C’est ce goût pour la musique qu’il m’a transmis et qui ne m’a plus quitté. Je me souviens de ces K7 d’LKJ, des Dead Kennedys entre autres.
Au début, j’étais surtout branché batterie mais bon… compliqué à pratiquer dans ma chambre ! Puis j’ai complètement flashé sur les Ramones et j’ai commencé à jouer les lignes de basse à l’oreille ( sur 1 corde au début ) sans même savoir accordé mon instrument. J’ai eu un premier groupe avec des potes à 16 ans puis est passé quelques années au sein du Casbah Club ( influence clashienne ) épaulé à la batterie par Jean-Christophe (aka. Werner) l’actuel batteur de Zenzile.

Matthieu Bablée1
© Sébastien Aubinaud

Zenzile existe maintenant depuis 1996 ! Depuis « Sachem In Salem » est-ce que le processus de création a évolué au fil du temps ?

Pas vraiment. Souvent, on part d’une ligne de basse mais Vince et Alex ont aussi apporté des morceaux quasi finis. Raggy apporte de nouvelles choses depuis qu’il s’est mis aux claviers. Mais il faut prendre en compte la partie studio/mix/dub propre à notre musique et qui fait figure d’ultime étape de créativité dans notre processus de travail.

Peux-tu nous parler du binôme Basse/Batterie avec Werner ? Avez-vous une façon particulière de bosser ? D’appréhender votre rôle ?

On est un vieux couple (quasi 30 ans de musique ensemble !) ! C’est resté en grande partie instinctif et c’est notre ADN musicale commune  qui s’exprime la plupart du temps, comme un langage, une grammaire qu’on partage sans trop théoriser. C’est aussi sans doute la limite de notre expression musicale: on fait notre cuisine dans les mêmes vieux pots !

Matthieu Bablée2
©Fred Tombard/indiemusic.fr

Concernant l’équilibre sonore dans Zenzile, la basse a toujours une très belle place dans le mix. Comment est géré l’équilibre bass / kick ? Et privilégies-tu certaines fréquences pour ton signal de Basse ? 

C’est surtout le travail de Tanguy notre ingé son live et studio. Il nous accompagne depuis les débuts et participe comme nous au façonnage de notre son. Il a toujours mis la basse en avant sans que j’ai eu besoin de le soudoyer ! La limite étant de ne pas écraser le reste du spectre de fréquence. Quant à l’équilibre basse/kick, c’est encore Tanguy qui en parlerait le mieux !

Tu as créé beaucoup d’excellents riddims depuis toutes ces années. Est-ce que tu as une pratique régulière durant laquelle tu cherches le parfait équilibre notes/silences ? Ou alors sur les articulations utilisées ? 

Le problème est justement de laisser du vide, des respirations dans mes lignes pour que les autres instruments puissent se greffer. Ce n’est pas évident et j’ai aussi tendance à trop jouer. La solution est de s’appuyer assez vite sur des skunks (guitare ou clavier) pour articuler les riddims. Sinon, la plupart de mes lignes de basse me viennent avant de m’endormir ! Du coup, pour ne pas les oublier, j’ai toujours mon dictaphone à porté de main pour enregistrer mes idées en les « chantant » !

Matt Zenzile

Quels sont les bassistes qui ont inspiré ton jeu de Basse ?

Dans l’ordre chronologique: Dee Dee Ramone ( Ramones), Paul Simonon ( Clash), JJ Burnel (Stranglers), Jah Wooble (PIL), Dennis Bovell (LKJ), Flabba Holt (Roots Radics)… J’en oublie sans doute mais ceux-là m’ont vraiment influencé.

La musique de Zenzile a toujours beaucoup été influencée par le reggae et le dub. Est-ce que tu peux nous dire selon toi, quel serait le type de mindset idéal pour remplir son rôle de bassiste au sein d’une formation qui jouent ce type de musique ? 

C’est compliqué à dire, mais je dirais: être « frais et dispo » et rester « connecté » le plus possible aux musiciens avec lesquels tu joues, le batteur en priorité. L’interaction est essentielle. Pour le dub et le reggae, savoir gérer le volume sonore est très important: si on entend pas les autres, c’est qu’on joue trop fort.   

Y a t’il une ligne de Basse que tu apprécies toujours autant de jouer ? (Zenzile ou autre) 

« Guns of Brixton » de Clash, « Jah War » des Ruts, « Dubbing is a must » Pablo Moses. Quant aux riddims de Zenzile, c’est variable et ça évolue en fonction de l’humeur ! J’aime bien « Pumpin » parce qu’il est vraiment représentatif de notre son et c’est un des premiers riddims du groupe. 

© Olivier Offschir
ligne bleu

Parlons un peu matériel. Depuis de nombreuses années tu es resté fidèle au modèle Fender Précision. Basse incontournable ! Il me semble que tu en as plusieurs ? Utilises-tu d’autres basses parfois ? 

La Précision est vraiment la basse que j’affectionne: polyvalente, assez neutre. Elle permet au musicien d’avoir un son qui correspond à sa personnalité. J’en ai 3: 1977, 1978 et 1990. Sinon je joue sur une Fender Mustang de 1971 et une Klira de 1966 ( clone de Hohner ) qui possède un grave énorme ! J’ai vu Flabba Holt jouer avec une Hofner sur un SVT Ampeg ( il accompagnait Israel Vibration avec Style Scott à la batterie ) et c’était… ENORME !

Matt
Basse Klira (1966)

Et justement côté amplification pour la scène ? Utilises-tu également quelques effets ? 

Bah du coup, j’ai fini par me procurer l’ampli tant recherché: Ampeg SVT de 1974 et baffle 8×10 de la même année. Suite à des pannes (hp grillés…), je joue actuellement sur la tête Fender Bassman 100 wtts d’Alex (guitariste de ZZ) et un caisson Trace Eliott 4×10.
Côté FX, une Turbo RAT pour la disto, DD20 Roland Delay, Super Phaser Boss.

Turbo RAT

Je ne peux finir cet interview sans évoquer la récente disparition du légendaire Bassiste Robbie Shakespeare. J’imagine que ce Bassiste était dans le Top 5 des bassistes que tu as beaucoup écouté ?

Bien sûr ! C’est un des plus grands bassistes, tout genre confondus. Un son, un style, des lignes à tomber par terre… Intouchable ! Family Man, Robbie et Flabba: la sainte Trinité ! J’ajouterai Boris Gardiner et Denis Bovell.  

On arrive à la fin de cet interview. Un grand merci à toi et pour finir peux-tu nous parler de l’actualité à venir pour Zenzile ? 

On espère pouvoir jouer le nouveau Zentone sur scène en compagnie de nos potes d’High Tone cette année 2022. On devrait se remettre à composer pour un prochain album aussi.

Un nouvel album … Excellente nouvelle !

Merci encore pour ce partage Matthieu ! 

© Arnaud concertsenboite.fr
ligne bleu

ZENZILE

Considéré comme l’un des pionniers de la scène dub française à la fin des années 1990, le groupe Zenzile a consolider sa réputation en France comme à l’étranger grâce à une activité discographique intense.

Tout au long de son parcours, le groupe a su également s’éloigner parfois de ses racines sans rien perdre son authenticité.

Pour suivre l’actualité du groupe Zenzile : https://www.zenzile.com

2 réflexions sur “Matthieu Bablée – Zenzile

  • 28 janvier 2022 à 20 h 34 min
    Permalien

    Bravo! Encore une interview super intéressante! Merci Pascal !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.