James Jamerson : Un bassiste Légendaire

Un sens du groove … incroyable !

James Jamerson – 1936/1983

On peut sans aucun doute, dire que James Jamerson a contribué à écrire l’histoire de la musique moderne. Il y a fort à parier que vous avez un jour ou l’autre, sans le savoir, entendu l’une de ces fameuses lignes de basse.

Contrebassiste de jazz à ses débuts, très vite il assure des sessions studio à la basse électrique pour le label « Motown Records », au sein du groupe : The Funk Brothers. Ce groupe de musiciens studio de Détroit,  a participé à l’enregistrement de la plupart des albums du label.

Après une journée de sessions, on pouvait souvent retrouver tous les musiciens du groupe en train de jouer ensemble dans les clubs locaux durant une partie de la nuit. 

De 1962 à 1968, on retrouve ainsi notre bassiste sur des centaines de hits, allant de Stevie Wonder à Marvin Gaye en passant par The Temptations, The Supremes et bien d’autres encore.

 

James Jamerson

 

Il a contribué à changer le rôle de la basse qui à l’époque consistait souvent à jouer uniquement la fondamentale et la quinte des accords de la grille. Avec ses lignes syncopées et très mélodiques il a ouvert une nouvelle voie dont ce sont inspirés des bassistes tels que Jaco Pastorius, Paul Mc Cartney ou encore Billy Sheehan.

Il faut écouter par exemple, « What’s Going On » de Marvin Gaye pour entendre que Jamerson était un bassiste d’exception … la ligne de basse de ce titre n’a pas pris une ride ! extrait dans la rubrique « La Minute Nécessaire »

 

La nuit où James Jamerson devait enregistrer la musique de « What’’s going on », ce dernier était introuvable…. Il s’était encore saoûlé dans un bar minable. Marvin Gaye saute dans sa voiture et sillonne les bars de Detroit. Il trouve James dans un piteux état et le ramène au Studio pour qu’il désaoûle. Arrivé au studio, James décide de jouer ! Problème : il ne peut se tenir droit sur son tabouret. Il se couche à même le parquet et commence à jouer la partition qu’il a improvisée…. Ce fut la bonne prise !!!
Vous n’écouterez plus jamais What’’s going on de la même manière.

 

Particularités de son jeu :

 

Lignes syncopées, très mélodiques avec beaucoup de chromatismes.

Concernant son jeu à la main droite, il jouait toutes ses parties de basse avec son seul index ! « The Hook » (Le crochet)

Cela explique sa régularité rythmique, mais également l’uniformité de son « son », puisqu’il attaquait les cordes toujours au même endroit.

Pour obtenir ce son riche en basse, il attaquait les cordes juste au dessus du cache micro métallique, qui équipait toutes les Précisions de l’époque. Ainsi, il obtenait avec ses cordes usées un son profond, sourd, manquant d’attaque.

L’action des cordes de sa basse était réglée très haute, de façon à retrouver le touché de sa contrebasse.  Cela rendait l’instrument très difficile à jouer.

Matériel utilisé : 

 

Fender Précision de 1962 qu’il appelait « The Funk Machine » montée avec des cordes à forts tirants (52/110).

 

Précision Bass

ligne bleu

 

Basse en ligne

 

Le bassiste Ron Brown disait :

« Quand Léo Fender a conçu la basse électrique, il a pensé à James Jamerson. »

 

Apprenez des  lignes de Basse de James Jamerson sur Basse en Ligne :

What’s Going On

Get Ready – The Temptations

 

 

Vous êtes libre de recevoir :
5 axes qu’un Bassiste doit développer en priorité

> cliquez ici

ligne bleu

 

Pour aller plus loin …

La vie et la musique du bassiste James Jamerson font l’objet d’un livre : Standing in the Shadows of Motown: The Life and Music of Legendary Bassist James Jamerson . Le livre est écrit en anglais et il faudra savoir déchiffrer la clé de fa pour jouer les nombreuses parties de basses, rejouées et commentées par les plus grands bassistes. Absolument incontournable !!

 

 

basse dessin

3 pensées sur “James Jamerson : Un bassiste Légendaire

  • 8 février 2018 à 16 h 20 min
    Permalink

    le génie pur et simple , des variations permanente sur le groove de base, des idées incroyable , un tempo qui force le respect
    généralement ses lignes de basse était prise en 1 fois ou 2 max

    quand on vois comment ca ce passe maintenant on en rigole 🙂

    pour moi l’un des plus grand avec pasto..jeune bassiste étudier le maitre du groove indispensable

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 16 h 38 min
    Permalink

    Le parrain des bassistes groove et pop, Mc Cartney a bien puisé dans son jeu et en a fait la base de la pop anglaise …. Chuck Rainey, Carl Kayes, Wilton Felder et autres groovers des 70’s ce sont aussi bien inspiré de lui …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.